Familles de Saint-François de Sales
http://famillesfrancoisdesales.fr/Lectures-et-saint-du-jour
      Lectures et saint du jour

Lectures et saint du jour

Pour illustrer vos homélies ou préparer vos maisonnées paroissiales, le module Per Ipsum affiche automatiquement sur votre site le contenu provenant du site L’Evangile au Quotidien.


Créer un article Saint du jour et Lectures du jour

Pour rediriger les liens Saint du jour ou Lectures du jour dans les blocs Dans l’Eglise ou Bonnenouvelle.fr

  1. Se connecter à l’espace privé
  2. Créer et publier un article dans la rubrique de votre choix (par exemple : Prier) Saint du jour
    1. Champs [Titre] : Votre choix
    2. Champs [Chapeau] : <spiperipsum|lecture=date_titre>
    3. Champs [Texte] pour Saint : <spiperipsum|lecture=saint>
  3. Créer et publier un autre article dans cette rubrique Lectures du jour
    1. Champs [Titre] : Votre choix
    2. Champs [Chapeau] : <spiperipsum|lecture=date_titre>
    3. Champs [Texte] pour Lectures : <spiperipsum|jour=aujourdhui|lecture=premiere> <spiperipsum|lecture=psaume> <spiperipsum|langue=fr>
  4. Préciser leur n° dans Squelettes > Site Bonnenouvelle.fr ou nous envoyer leurs n° par e-mail.
Exemples à droite dans le bloc Bonnenouvelle.fr >>

Afficher/masquer le détail du Saint du jour et Lectures du jour dans les blocs Dans l’Eglise ou Bonnenouvelle.fr

1. Se connecter à l’espace privé
2. Aller dans Squelettes > Colonne de droite ou Colonne de gauche
3a. Pour masquer le détail du Saint ou des Lectures, changer les valeurs
1 et 3 par 0 après afficher dans le code

<bloc_rss_bonnenouvelle1|titre=saint_jour|afficher=1|debut=ok>
<bloc_rss_bonnenouvelle2|titre=textes_jour|afficher=3>

3b. Pour afficher le détail du Saint ou des Lectures, changer les valeurs
0 par 1 et 3
4. [Enregistrer l’article]

debut=ok et fin=ok doivent introduire et clore le code du bloc.
En cas d’erreur, cliquer à gauche sous le n° d’article [Afficher l’historique des modifications] pour revenir à la version précédente ou nous envoyer votre demande de changement par e-mail.


Codes pour afficher le Saint et les Lectures du jour dans un article

Ne garder que les éléments désirés ci-dessous en supprimant les balises code au début et à la fin

Date du jour, suivie du temps liturgique

Le code <spiperipsum|lecture=date_titre> donne

Mardi 23 mai 2017, le mardi de la 6e semaine de pâques

Ou jour et temps liturgique

Le code <spiperipsum|lecture=date_liturgique> donne

Le mardi de la 6e semaine de Pâques

Ou juste jour mois année

Le code <spiperipsum|lecture=date_iso> donne

Mardi 23 mai 2017

Saint et sa notice

Le code <spiperipsum|lecture=saint> donne

St Giovanni Battista de Rossi, prêtre (1698-1764)

Giovanni Battista de Rossi naît dans la petite ville de Voltaggio, au diocèse de Gênes, le 22 février 1698. Son père, Charles, était de condition modeste, mais d'une foi profonde qui le fit veiller de près, tant qu'il vécut, à l'éducation religieuse de ses quatre enfants. Deux nobles génois, Jean Scorza et Maria Cambiasi, sa femme, qui villégiaturaient à Voltaggio, furent charmés de ses qualités et le demandèrent à son père en qualité de page. Trois ans après il les quittait, appelé à Rome par un cousin, don Laurent de Rossi, chanoine de la basilique de Sainte-Marie in Cosmedin. Celui-ci, avec une générosité et une affection qui ne se démentirent jamais, le fit instruire au Collège romain. Jean-Baptiste y suivit les cours avec un tel succès, que, tous les ans, il obtenait le titre de dictateur, réservé à l'élève le plus brillant de chaque classe.En 1721, avec une dispense de près d'un an, il était ordonné prêtre, et il commençait l'admirable vie d'apostolat des pécheurs et des pauvres qui l'ont fait comparer à saint Philippe de Néri et à saint Vincent de Paul. Il évangélisa d'abord les pauvres bergers de la campagne romaine qui apportaient à la ville leurs denrées. Il venait dès le lever de l'aurore, au coucher du soleil, les trouver sur les places où ils s'assemblaient, leur parlait avec affection, s'intéressait à leurs petites affaires, à leur commerce, gagnait leur confiance ; peu à peu il s'insinuait dans ces âmes frustes et grossières, peu soucieuses des choses éternelles; enfin il les touchait, les tournait vers Dieu, éveillait en elles le désir du salut ; triomphant, il les guidait vers un confesseur, car lui-même ne se croyait pas assez instruit pour s'asseoir au tribunal de la pénitence.

Bientôt ce travail ingrat et dur ne lui suffit pas. Les vagabonds, puis les prisonniers, les gens d'armes des tribunaux, - voire le bourreau lui-même, - attirèrent ses soins et profitèrent de son dévouement. Son œuvre préférée fut pendant longtemps l'hospice de Santa-Galla, où un bon prêtre, don Vaselli, réunissait déjà des pauvres abandonnés qui avaient besoin d'instruction religieuse. Jean-Baptiste s'était attaché à cette maison dès le temps où il fréquentait le Collège romain. Prêtre, il s'y donna plus encore, jusqu'à ce qu'enfin il succéda à don Vaselli dans la direction, moins imposée par une règle positive que bénévolement acceptée, des prêtres qui se consacraient à ce ministère. Et puis il eut le désir de donner aux pauvres filles qui erraient sans domicile dans les rues de Rome un asile au moins pour la nuit. Il fonda pour elles l'hospice Saint-Louis-de-Gonzague, dirigé par une prieure et une sous-prieure.

Ce n'est qu'en 1739 que, triomphant des hésitations de son humilité, le vénérable Tenderini, évêque d'Orte, l'orienta vers la direction des âmes. Il s'y révéla immédiatement maître, et maître merveilleux. Dorénavant sa grande et constante occupation fut d'entendre les confessions ; il y acquit une réputation que l'on peut dire mondiale, puisque, comme un siècle plus tard pour le saint curé d'Ars, on vit des pénitents lui venir de Portugal, d'Espagne ou même d'Allemagne, attirés par la réputation de sa sainteté et de sa miséricorde.

Sa santé devenait de plus en plus précaire; les crises de sa maladie, plus fréquentes, secouaient son pauvre corps au point de le laisser pendant plusieurs jours dans une véritable agonie ; il ne se soutenait qu'avec peine sur ses jambes affaiblies, presque hors d'usage ; son estomac refusait à peu près toute nourriture ; il ne pouvait ni lire ni écrire. Malgré tout il allait, et soit pour confesser, soit pour prêcher, soit pour consoler et encourager, il avait toujours des forces.

C'est qu'il les puisait dans un amour de Jésus-Eucharistie qui s'épanouissait en un oubli absolu de lui-même. Détaché de toute grandeur humaine et de toute richesse, il avait fallu un ordre exprès de son confesseur pour lui faire accepter la succession de son cousin, don Laurent, à sa prébende de chanoine et à sa fortune. Celle-là, il la garda, comme de force, jusqu'à ce que ses fonctions de confesseur lui eussent rendu impossible l'assistance au chœur. Mais celle-ci, il ne tarda pas à la disperser tout entière aux mains des pauvres. Et quand il meurt, le 23 mai 1764, non pas dans la belle maison dont il avait hérité, mais dans une humble chambre de l'hôpital de la Trinité des pèlerins, il ne possédait plus que trois ou quatre meubles, un pauvre bréviaire qu'il donna à des amis, et son lit, qu'il légua à une pauvresse, en réservant toutefois quelques planches pour son cercueil.

Pour un approfondissement biographique : >>> Saint Jean-Baptiste de Rossi

1ère lecture

Le code <spiperipsum|jour=aujourdhui|lecture=premiere> donne

Livre des Actes des Apôtres 16,22-34.

En ces jours-là, dans la ville de Philippes, la foule se déchaîna contre Paul et Silas. Les magistrats ordonnèrent de leur arracher les vêtements pour leur donner la bastonnade.
Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, en donnant au geôlier la consigne de les surveiller de près.
Pour appliquer cette consigne, il les mit tout au fond de la prison, avec les pieds coincés dans des blocs de bois.
Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient.
Tout à coup, il y eut un violent tremblement de terre, qui secoua les fondations de la prison : à l’instant même, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les détenus se détachèrent.
Le geôlier, tiré de son sommeil, vit que les portes de la prison étaient ouvertes ; croyant que les détenus s’étaient évadés, il dégaina son épée et il était sur le point de se donner la mort.
Mais Paul se mit à crier d’une voix forte : « Ne va pas te faire de mal, nous sommes tous là. »
Ayant réclamé de la lumière, le geôlier se précipita et, tout tremblant, se jeta aux pieds de Paul et de Silas.
Puis il les emmena dehors et leur demanda : « Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? »
Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta maison. »
Ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu’à tous ceux qui vivaient dans sa maison.
À l’heure même, en pleine nuit, le geôlier les emmena pour laver leurs plaies. Aussitôt, il reçut le baptême avec tous les siens.
Puis il fit monter chez lui Paul et Silas, il fit préparer la table et, avec toute sa maison, il laissa déborder sa joie de croire en Dieu.

Psaume

Le code <spiperipsum|lecture=psaume> donne

Psaume 138(137),1-2a.2bc-3.7c-8.

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n'arrête pas l’œuvre de tes mains.

Evangile

Le code <spiperipsum|langue=fr> donne

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16,5-11.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je m’en vais maintenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?”
Mais, parce que je vous dis cela, la tristesse remplit votre cœur.
Pourtant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai.
Quand il viendra, il établira la culpabilité du monde en matière de péché, de justice et de jugement.
En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi.
En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus.
En matière de jugement, puisque déjà le prince de ce monde est jugé. »

Commentaire de l’Evangile

Ces commentaires, souvent magnifiques, ont été écrits par des contemplatifs, consacrés ou Pères de l’Eglise.
Le code <spiperipsum|jour=aujourdhui|lecture=commentaire> donne

« C'est l'Esprit qui vivifie » (2Co 3,6)

Saint Cyrille de Jérusalem (313-350), évêque de Jérusalem et docteur de l'Église
Catéchèse baptismale n° 16 (trad. bréviaire 7e lundi de Pâques)

« L'eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle » (Jn 4,14). C'est une eau toute nouvelle, vivante et jaillissante, jaillissant pour ceux qui en sont dignes. Pour quelle raison le don de l'Esprit est-il appelé une « eau » ? C'est parce que l'eau est à la base de tout ; parce que l'eau produit la végétation et la vie ; parce que l'eau descend du ciel sous forme de pluie ; parce que, tombant sous une seule forme, elle agit pourtant de façon multiforme... Elle est différente dans le palmier, différente dans la vigne, elle se fait toute à tous. Elle n'a qu'une seule manière d'être, et elle n'est pas différente d'elle-même. La pluie ne se transforme pas quand elle descend ici ou là mais, en s'adaptant à la constitution des êtres qui la reçoivent, elle produit en chacun ce qui lui convient. L'Esprit Saint agit ainsi. Il a beau être un, simple et indivisible, « il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté » (1Co 12,11). De même que le bois sec, associé à l'eau, produit des bourgeons, de même l'âme qui vivait dans le péché, mais que la pénitence rend capable de recevoir le Saint Esprit, porte des fruits de justice. Bien que l'Esprit soit simple, c'est lui, sur l'ordre de Dieu et au nom du Christ, qui anime de nombreuses vertus. Il emploie la langue de celui-ci au service de la sagesse ; il éclaire par la prophétie l'âme de celui-là ; il donne à un autre le pouvoir de chasser les démons ; à un autre encore celui d'interpréter les divines Écritures. Il fortifie la chasteté de l'un, il enseigne à un autre l'art de l'aumône, il enseigne à celui-ci le jeûne et l'ascèse, à un autre il enseigne à mépriser les intérêts du corps, il prépare un autre encore au martyre. Différent chez les différents hommes, il n'est pas différent de lui-même, ainsi qu'il est écrit : « Chacun reçoit le don de manifester l'Esprit en vue du bien de tous » (1Co 12,7).


2. Codes à utiliser pour afficher le Saint et Lectures du dimanche ou d’une date précise

Date du dimanche 31 août 2014, suivie du temps liturgique

<spiperipsum|jour=2014-04-12|lecture=saint>

Saint du dimanche 31 août 2014 et sa notice

<spiperipsum|jour=2014-08-31|lecture=saint>

1ère lecture du dimanche 31 août 2014

<spiperipsum|jour=2014-08-31|lecture=premiere>

Psaume du dimanche 31 août 2014

<spiperipsum|jour=2014-08-31|lecture=psaume>

2e lecture du dimanche 31 août 2014

<spiperipsum|jour=2014-08-31|lecture=seconde>

Evangile du dimanche 31 août 2014

<spiperipsum|jour=2014-08-31|langue=fr>

Commentaire de l’Evangile du dimanche 31 août 2014

<spiperipsum|jour=2014-08-31|lecture=commentaire>

En savoir +

- SPIPer Ipsum, l’Evangile au quotidien, module Spip par Eric
- Merci à Philippe Giron pour nous avoir signalé ce module

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Bonnenouvelle.fr

Société Saint-François de Sales

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr