Familles de Saint-François de Sales
http://famillesfrancoisdesales.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=2

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des groupes de familles qui cherchont à grandir dans la foi pour la répandre autour d’elles dans la joie.
Pour parvenir à ce but, nous utilisons les moyens proposés par l’abbé Henri Chaumont et Mme Caroline Carré de Malberg à la fin du XIXe siècle.



Jean XXIII

 

8 mars 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Extrait du Journal d’une âme de saint Jean XXIII

Du “Journal de l’âme”, de Saint Jean XXIII

29 janvier1903
Aujourd’hui fut un jour de fête complète : je l’ai passé en compagnie de saint François de Sales, mon très doux saint. Quelle belle figure d’homme, de prêtre, d’évêque ! Si je devais être comme lui, cela ne me ferait rien, même si on me faisait pape. Il m’est doux de repenser souvent à lui, à ses vertus, à sa doctrine combien de fois en ai-je lu la vie ! Comme ses sentences descendent suavement dans mon cœur, comme je me sens plus disposé à être humble, doux, tranquille, à la lumière de ses exemples ! Ma vie, le Seigneur me le dit, doit être une copie parfaite de celle de saint François de Sales, si elle veut être féconde de quelque bien. Rien d’extraordinaire en moi, dans ma conduite, en dehors de la manière de faire les choses ordinaires. Amour grand, très ardent, envers Jésus Christ et son Eglise ; sérénité d’esprit inaltérable, douceur ineffable envers le prochain, voilà tout. O mon saint amoureux, ici, devant nous, en ce moment, je voudrais vous dire tant de choses ! Je vous aime avec tendresse : j’aurai toujours une pensée pour vous, un regard vers vous.
O saint François, O François, les mots me manquent, voyez ce que je ressens, et faites vous-même le reste dont j’ai besoin pour vous ressembler.



 


Aymeric Pourbaix

 

27 novembre 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Éditorial de Famille chrétienne du 26 février 2015

"[...] En prenant comme emblème une pomme croquée, le site Internet rejoue, sans le savoir sans doute, une des vieilles querelles dont la France a le secret : celle du jansénisme. À l’époque, dans ce XVIIe siècle qu’on appelle celui « des âmes », l’affaire prend une tournure de débat national, oppose les plus grands esprits, autour de la question du péché originel justement. Question essentielle : la nature humaine est-elle bonne ou mauvaise depuis la Chute du paradis ? Pour les jansénistes, condamnés par l’Église, l’homme déchu reste esclave de ses passions – sauf les élus qui seront sauvés.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Elle sera exploitée par des économistes anglais, plus cyniques, qui prennent acte de ce pessimisme puritain mais le mettent au service d’intérêts économiques. « Les vices privés font le bien public », dit-on à l’époque. Et surtout celui des affaires ! C’est ici que l’on retrouve Gleeden, dont le chiffre d’affaires repose sur l’incitation à l’adultère. Est-ce là ce que l’on enseigne aujourd’hui dans les écoles de commerce ?

Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’au XVIIe, les puritains eurent en face d’eux un autre courant, beaucoup moins fataliste sur la nature humaine. Pour ce dernier, représenté par un saint François de Sales, l’homme reste capable de faire le bien, malgré le péché originel. Voilà pourquoi cet humanisme chrétien a pu, à l’instar de saint Vincent de Paul, jouer un rôle essentiel dans la lutte contre la pauvreté de son temps : création d’hôpitaux, d’écoles, etc. Annonçant ainsi le catholicisme social du XIXe, pour qui il doit exister une morale en économie.

Y renoncer, écrivait alors un de leurs disciples, Fénelon, c’est conduire à « l’aveuglement le plus dénaturé » de l’espèce humaine, et faire de l’homme un « anthropophage » qui se détruira lui-même. Nous en sommes là aujourd’hui."

- Source : http://famillechretienne.fr/



 


Moh-Christophe Bilek

 

8 mars 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Kabyle, pionnier, et prophète, fondateur de la Fraternité Notre-Dame de l’Accueil destinée aux musulmans convertis, Moh-Christophe Bilek témoigne d’une conversion dans Famille chrétienne N°1938

[...] LA découverte de l’Evangile passe par la scolarisation, et le compréhension des traces de la culture chrétienne. Je connais un Algérien qui s’est converti grâce à la lecture , en classe, d’un passage de l’Introduction à la vie dévote de saint François de Sales ! Moi, j’ai entendu parler de Jésus Christ dans mes cours d’Histoire. Pourquoi disait-on "avant J.-C." et "après J.-C." ? [...]



 


Benoit XVI

 

8 mars 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Le saint Père Benoit XVI a présenté saint François de Sales au cours de l’audience générale du Mercredi 2 mars 2011.

http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/audiences/2011/documents/hf_ben-xvi_aud_20110302.html



 


Paul VI

 

24 novembre 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Lettre apostolique du bienheureux Paul VI, SABAUDIAE GEMMA, à l’occasion du IVe centenaire de la naissance de saint François de Sales, docteur de l’Église, le 29 janvier 1967.

« [...]Si l’on considère le caractère et la forme des vertus de saint François de Sales, on hésite à en tenter la description, parce que n’apparaît pas immédiatement de façon parfaite quelles en sont la nature et les propriétés principales. Une étoile diffère d’une autre étoile, une perle d’une autre perle, un arbre d’un autre arbre : car tout ce qui est beau se distingue par son aspect.

Mais la beauté s’offre au regard de la manière la plus parfaite où se réunit en gerbe la variété harmonieuse de nombreuses beautés. Ainsi, dans un opulent jardin, resplendissent de beauté les herbes, les arbres, les fleurs, et de ces dernières à la fois les parfums et les couleurs mais la vue apparaît encore plus belle, si la proportion et une juste disposition viennent mettre le sceau à toutes les autres beautés, de sorte que l’ensemble fait mieux ressortir la beauté, la grâce et l’agrément de chacune.
C’est de cette manière que l’ensemble des vertus réunies en saint François de Sales provoque en celui qui les contemple un sentiment de joie et d’admiration.
Aussi l’idée vient spontanément d’appliquer à saint François de Sales ce que saint Grégoire de Nazianze, dans un discours plein de ferveur, disait au sujet de saint Athanase : "En louant Athanase, c’est la vertu même que je loue. C’est en effet la même chose de parler de lui que de faire l’éloge des vertus, car toutes les vertus il les tenait, ou plus exactement, il les tient réunies ensemble. Car ils vivent en Dieu tous ceux qui selon Dieu ont vécu, même s’ils ont quitté cette vie."

Une vue claire et pénétrante de l’intelligence, une raison solide et lucide, un jugement pénétrant, une bienveillance et une bonté presque incroyables, une douce et aimable suavité de langage et d’expression, une calme ardeur de l’esprit toujours actif, une rare simplicité de mœurs n’allant pas sans une humble fierté de son lignage, une paix sereine et tranquille, une modération toujours ferme et sûre qui n’est pas séparée cependant de la force – du fort émane la douceur – avec laquelle il avait coutume d’aimer tendrement, mais aussi de se montrer ferme pour parvenir à ce qu’il voulait, une haute élévation d’esprit et un culte du beau, désireux d’offrir aux autres les biens les meilleurs, le ciel et la poésie, un amour presque immense des âmes et un amour de Dieu qui, radieux comme le soleil, surpassait en lui toutes les autres vertus, tout cela enfin surélevé et grandi par le débordement de la grâce céleste : tels sont, avec autres semblables, les traits par lesquels s’esquisse l’image éminente de saint François de Sales.[...] »



 


Bienvenue sur notre site

 

13 avril 2017 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Nous sommes heureux de vous accueillir sur le site des Familles de Saint-François de Sales.
Vous pouvez découvrir qui nous sommes, qu’elles sont nos origines, notre spiritualité, nos activités, où nous trouver.

Nous espérons que ces rubriques répondront aux questions que vous vous posez lors d’une première approche. Vos demandes peuvent être plus précises et vous ne trouvez pas de réponse à vos questions. N’hésitez pas à entrer en contact avec nous.
Vos réactions nous permettront de faire évoluer ce site en fonction des attentes qui se manifesteront.



 


Caroline Carré de Malberg

 

2 novembre 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Caroline Colchen épouse son cousin Paul Carré de Malberg dont elle porte le nom.
Elle rencontre à Paris l’abbé Henri Chaumont et fonde avec lui la Société des Filles de saint François de Sales en 1872.
Qui est cette femme ?
Que peut-elle nous dire aujourd’hui ?

Comment parler de Caroline sans commencer par la femme ?

Femme

Petite fille née à Metz le 8 avril 1829, dans une famille aimante où Dieu avait la première place, elle grandit dans la spiritualité salésienne chère à sa maman. Sensible déjà à la présence du Seigneur dans son âme, elle fut sans cesse à la recherche de ce cœur à cœur avec Lui. Avant sa première communion, alors qu’on lui proposait de venir jouer elle répondit :

« N’approchez pas de moi aujourd’hui, je dois être toute à Dieu. »

JPEG - 115.4 ko

Caroline est un cœur débordant d’amour et un tempérament fort. Elle passe son adolescence au couvent de la Visitation. Elle y contractera la typhoïde qui la laissera d’une constitution fragile pour le reste de sa vie.
La bienveillance des sœurs lui fit découvrir le chemin de sainteté qui se dessinait dans l’effort, la charité et un regard juste sur soi-même, dans les qualités comme dans les défauts. Grâce à l’Abbé Jégou, son premier conseiller spirituel, elle commença ce travail sur son âme dans une soif permanente de transparence à Dieu. Elle entendit un jour :
« Depuis 40 ans je suis assis sur la margelle de ton cœur, ne pouvant y entrer, puisque la porte ne s’ouvrait que pour se refermer encore ; mais maintenant j’y suis et je l’habite en roi. »
Elle ne cessera jamais de se remettre en question et de se méfier des tentations qui éloignent de Dieu.
Consciente de ses imperfections elle sera une merveilleuse mère pour ses enfants et ses Filles de Saint François de Sales.

Épouse

Caroline est une épouse. Épouse d’un homme, Paul, mais aussi et surtout épouse d’une âme pour laquelle elle ne cessera de prier pour la gagner à Dieu. D’un tempérament complexe et colérique, Paul connaitra la miséricorde et l’amour inconditionnel de Dieu par l’exemple de sa femme.
La patience et l’amour étaient les meilleures armes pour que leurs âmes se rencontrent. ils y parviendront au terme d’une vie jalonnée d’épreuves mais habitée par Dieu.

Mère

Caroline est une mère. Elle et Paul auront 4 enfants. Tous, ils les accompagnèrent jusqu’à la porte qui conduit à Dieu, jusqu’à la mort. Elle les élèvera avec les soucis constant de les mener à la sainteté. Le Seigneur avait la première place dans l’éducation qu’elle leur donnait. Elle connut tous les soucis que peuvent rencontrer des parents ; le chagrin, la révolte, l’opposition. Mais aussi le grand bonheur d’avoir eu la confiance du seigneur pour guider « ses anges du ciel ».

La mère terrestre fut également mère spirituelle. Elle fonda avec son ami et conseiller spirituel, l’Abbé Chaumont, « l’œuvre du cœur de Jésus », les Filles de Saint François de Sales. Un grand nombre de lettres témoignent de la grande tendresse qu’elle portait à ses filles. S’en suivirent les Prêtres et les Fils de Saint François de sales qui découlèrent de ce désir de Dieu ; former des âmes pour qu’elles rayonnent de sa miséricorde.

Mais comment expliquer, devant cette vie faite de chagrins immenses et d’épreuves, le rayonnement et la force de Caroline ?

JPEG - 8.7 ko

Un abandon et une confiance sans concession à la miséricorde et à l’amour de Dieu. « Vive Jésus à tous nos dépens ! » disait-elle souvent.
Les souffrances du cœur et de l’âme étaient bien réelles, mais « grâce à Dieu mon âme tient debout » écrit Caroline.
Et dans sa grande crainte de ne plus rayonner de la joie intérieure auprès des âmes lors de grandes peines, l’Abbé Chaumont lui dira :
« Je ne vous commande pas toujours l’hilarité extérieure quand elle n’est pas possible à la nature ; mais avec la grâce de Dieu, ne serait-il pas possible au moins que les rayons du soleil se fissent jour au milieu de ce déluge de larmes ? Les âmes affligées (…) ne pourraient-elles au moins trouver dans ces larmes mêmes, l’arc-en-ciel qui réjouit et rassure ? (…) Humainement c’est impossible ; Dieu aidant , on peut y arriver (…) C’est le sourire de Jésus qui se traduit sur nos lèvres. »
Voici la voie que choisit Caroline.

Caroline avec nous aujourd’hui

Caroline la femme

celle qui choisit de répondre à l’amour de Dieu, de répondre à la mission qui lui est confiée. Dans notre liberté d’hommes et de femmes chrétiens nous avons à chercher et à répondre à cet appel, en laissant nos cœur ouverts et confiants devant l’amour de notre Seigneur, quel que soit notre chemin de vie.

Caroline l’épouse

celle qui vécut son mariage comme une véritable vocation, au delà du bonheur qu’elle ne connaitra que très peu en couple. Elle nous rappelle le chemin de sanctification que nous avons à vivre avec notre conjoint. Nous sommes responsables de l’autre dans son chemin vers Dieu « dans la joie comme dans les épreuves ».

Caroline la mère

, celle qui avait à cœur de faire grandir l’âme de ses enfants dans l’amour de Dieu. Elle nous fait prendre conscience de la grande responsabilité d’âme que nous avons vis-à-vis de nos enfants que Dieu nous a confiés. Nous pouvons prier comme elle :

Seigneur, vous qui les aimez plus que je ne puis moi-même les aimer, mieux que moi vous savez ce qui peut tourner davantage à leur bien. Accomplissez en eux, ô mon Dieu, les desseins de votre providence Divine. Sauvez l’âme de mes enfants de tout péril et soyez béni de tout ce qui adviendra. Amen.

Caroline la mère spirituelle

celle qui a répondu à sa vocation de laïque pour faire rayonner l’Évangile autour d’elle, puis dans le monde. Sa mission d’apôtre est celle à laquelle nous sommes tous appelés en tant que laïques afin d’être les témoins de l’amour de Dieu pour le monde. A chacun de demander et de répondre aux appels du Seigneur.



 


Abbé Henri Chaumont

 

28 octobre 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Henri Chaumont, né en 1838, mort en 1896, vit dans une période troublée par de grands changements politiques, industriels, ecclésiaux. Pour faire face aux défis de son temps, il déploie une intense activité de fondateur et de directeur spirituel.

Henri Chaumont nait en 1838 à Paris où il passera toute sa vie.

Sa jeunesse

Il fait sa première communion le 21 juin 1850 et fait la connaissance ce jour-là de l’abbé de Ségur, dont l’influence sera déterminante dans l’avenir.
En 1855, Henri entre au petit séminaire de Versailles, puis en 1859, à celui d’Issy avant celui de Saint-Sulpice. C’est là qu’il découvre saint François de Sales. Dès cette époque sa soif d’absolu et sa capacité d’entrainement l’amène à fonder l’ « Association de Saint-Sulpice ». Son but est d’aider les prêtres diocésains à vivre les conseils évangéliques. Ce sera la première association d’une longue série.
Le 18 janvier 1864, il est ordonné prêtre.

Les débuts de son ministère

Il est nommé vicaire à Saint Marcel. Il se lance dans l’apostolat populaire. Tout en participant aux différentes œuvres de la paroisse, il crée avec son père et son frère Ernest l’ « Œuvre de la doctrine chrétienne » pour former les chiffonniers. Il constitue aussi un groupe de femmes qu’il veut mettre à l’école de saint François de Sales.
Tout cela ne l’empêche pas d’être disponible pour les confessions qui occupent une grande partie de son emploi du temps dès cinq heures trente du matin tous les jours.

JPEG - 74.4 ko

En 1868, il quitte Saint-Marcel pour Sainte-Clotilde, il passe d’un quartier populaire à un quartier bourgeois. Il continue à réserver la plus grande partie de son temps à la confession en la conjuguant avec la direction spirituelle.

En juin 1869, il reçoit en confession Caroline Carré qui vient de perdre un troisième enfant. Cette rencontre sera décisive pour leur avenir. Elle se met sous sa direction spirituelle. A partir de là, le processus qui conduira à la Société Saint François de Sales se met en route.

En 1870, après la défaite de la France contre la Prusse, une guerre civile éclate. C’est l’épisode de« la Commune ».

Le fondateur

Ce ne sera qu’en 1872 que la première réunion de la Société des Filles de saint François de Sales aura lieu avec Caroline Carré. Cette nouvelle association lui prendra beaucoup de temps.
Son ami et vicaire général l’abbé d’Hulst le fait nommer premier aumônier de la maison des Frères des écoles chrétiennes rue Oudinot à Paris. Ce poste lui laisse plus d’indépendance pour s’occuper de sa fondation.
En 1876, il complète la « Société saint François de Sales » avec la création des Prêtres et des Fils de saint François de Sales.
Le but est de former solidement des chrétiens qui pourront collaborer avec les prêtres. En effet, Henri Chaumont voit monter les lois laïques de la troisième république à partir de 1879 et se demande si les prêtres auront toujours leur liberté de mouvements.

L’apôtre

Il se dévoue auprès des Frères des écoles chrétiennes et de leurs œuvres de jeunesse. Il anime ses Sociétés en formant les membres avec des instructions régulières et il crée de nombreuses œuvres dont l’encadrement est assuré par les membres de la Société saint François de Sales ; pour les femmes : La Société des Dames chrétiennes, des Institutrices chrétiennes, des saltimbanques, etc., et surtout l’œuvre de Marie Immaculée, puis pour les hommes : l’œuvre de Saint Benoit Labre, le Syndicat des employés du commerce et de l’industrie.

Depuis son enfance, Henri Chaumont est intéressé par les missions à travers la lecture des Annales de la Sainte Enfance puis celles de la Propagation de la Foi. A la demande d’évêques missionnaires et avec les Filles de saint François de Sales les plus actives dans l’œuvre de Marie-Immaculée, il crée l’œuvre des Catéchistes missionnaires. En 1889, il envoie les premières Catéchistes Missionnaires de Marie Immaculée en Inde, puis à Madagascar et en Chine.

Le directeur spirituel

Il continue toujours son ministère de confession et de direction spirituelle. Une nouvelle charge vient s’ajoute aux autres, celle de la prédication des retraites aux prêtres.

Épuisé par ses nombreuses tâches, il s’éteint le 15 mai 1896 à cinquante-huit ans.



 


Présentation des Familles de st François de Sales

 

13 avril 2017 par Philippe et Marie-Christine Bellin

L’association "Société des Familles de saint François de Sales" se présente en quelques mots et par une vidéo du diocèse de Metz.

En 2003, une première réunion regroupe quelques familles à Lorry-lès-Metz dans la maison de Mme Carré, fondatrice avec l’abbé Henri Chaumont de la Société Saint François de Sales. Leur but est de grandir dans l’amour de Dieu pour le transmettre autour de soi avec joie et de vivre de la spiritualité salésienne en famille.

Ce groupe essaime ensuite à Châtellerault, à Limoges, à Tours, à Valence, au Cameroun, à Troyes maintenant.

En 2015, il y a aujourd’hui 6 groupes constitués, un groupe en formation et quelques foyers isolés, ce qui représente trente familles.

La même spiritualité salésienne, la même formation par la méthode des probations et un bulletin La Lettre ainsi que les mêmes activités comme la participation à la session annuelle contribuent à l’unité des différents groupes.

Le 27 mai 2007 pour la fête de la Pentecôte, la Société des Familles de saint François de Sales a reçu une première approbation par Mgr Rouet, évêque de Poitiers.
Par décret du 31 mai 2015, Mgr Lagleize, évêque de Metz, reconnait l’association « Société des Familles de Saint François de Sales » comme association privée de droit diocésain et approuve ses statuts.

L’accompagnateur ecclésial est Mgr Lagleize, évêque du diocèse de Metz.

Vidéo "En Familles de saint François de Sales, vivre sa foi au coeur du monde"

Concrètement, l’association ne propose pas autre chose que ce que demande toute vie chrétienne sérieuse. Pour cela, les membres de la Société trouvent dans la spiritualité et les écrits de saint François de Sales la voie qui leur permet de tendre ensemble à la plénitude de leur vie chrétienne.



 


Nos buts

 

27 novembre 2015 2015 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Les buts

La Société des Familles a deux buts intimement liés :
Aider les membres à grandir dans l’amour de Dieu

Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. Matthieu 5, 48

Pour le transmettre avec joie.

Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Mt 28, 19-20

C’est aussi d’aider les familles à répondre aux questions auxquelles elles sont confrontées dans leurs différents milieux et avec leurs enfants.



 


Mentions légales

 

3 décembre 2014 2014 par Mathilde Henry

Voici les mentions légales et conditions de respect de la vie privée des visiteurs de notre site.

Editeur du site

Familles de Saint-François de Sales
Foyer responsable : - Philippe et Marie-Christine Bellin
- 108 Grand'rue 57050 Lorry-lès-Metz
- Tél. : +33 5 49 21 71 1
- Familles de St-François de Sales

Conception et développement

- Conception : Mathilde Henry : Agence web Bonnenouvelle.fr
Tél. : + 334 83 16 07 20
- Entreprise individuelle Siret 434 982 450 00034
- Développement Spip : Reda Aourag
- Gestionnaire de contenu Spip version 3, logiciel libre distribué sous licence publique générale (GNU ou GPL pour General Public License en anglais).

Hébergeur

- Nursit SARL
2 allée du clos des Hydrangeas
59700 Marcq-En-Baroeul
- Les contacter
- Nursit est une société au capital de 10 000 €
- RCS Roubaix-Tourcoing - SIREN 539438432 00012

Protection des données personnelles

Les informations vous concernant nous sont réservées et nous nous engageons à ne pas céder ces données à des tiers.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et de suppression des données vous concernant (articles 27 et 34 de la loi du 6 janvier 1978 Informatique et Libertés).
Pour l’exercer, veuillez envoyer un e-mail avec le lien de contact situé en bas de chaque page.



 


Les litanies du Sacré-Coeur

 

16 mai 2017 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Seigneur, prend pitié de nous
Ô Christ, prend pitié de nous
Seigneur, prend pitié de nous

Ô Christ, écoute-nous
Ô Christ, exauce-nous

Père céleste, qui est Dieu, prend pitié de nous
Dieu le Fils, Rédempteur du monde, prend pitié de nous
Esprit-Saint, qui est Dieu, prend pitié de nous
Trinité Sainte, qui est un seul Dieu, prend pitié de nous

Cœur de Jésus, Fils du Père Eternel, prend pitié de nous
Cœur de Jésus, formé par le Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie, "
Cœur de Jésus, uni substantiellement au Verbe de Dieu, "
Cœur de Jésus, souveraine majesté, "
Cœur de Jésus, temple saint du Seigneur, "
Cœur de Jésus, tabernacle du Très-Haut, "
Cœur de Jésus, maison de Dieu et porte du Ciel, "
Cœur de Jésus, fournaise ardente de Charité, "
Cœur de Jésus, sanctuaire de la justice et de l’amour, "
Cœur de Jésus, plein d’amour et de bonté, "
Cœur de Jésus, abîme de toutes les vertus, "
Cœur de Jésus, très digne de toutes louanges, "
Cœur de Jésus, Roi et centre de tous les cœurs, "
Cœur de Jésus, dans lequel sont tous les trésors de la sagesse et de la science, "
Cœur de Jésus, dans lequel réside toute la plénitude de la divinité, "
Cœur de Jésus, objet de complaisance du Père Céleste, "
Cœur de Jésus, le désiré des collines éternelles, "
Cœur de Jésus, patient et très miséricordieux, "
Cœur de Jésus, libéral pour tous ceux qui vous invoquent, "
Cœur de Jésus, source de vie et de sainteté, "
Cœur de Jésus, propitiation pour nos péchés, "
Cœur de Jésus, rassasié d’opprobres, "
Cœur de Jésus, broyé à cause de nos péchés, "
Cœur de Jésus, obéissant jusqu’à la mort, "
Cœur de Jésus, percé de la lance, Cœur de Jésus, source de toute consolation, "
Cœur de Jésus, notre vie et notre résurrection, "
Cœur de Jésus, notre paix et notre réconciliation, "
Cœur de Jésus, victime des pécheurs, "
Cœur de Jésus, salut de ceux qui espèrent en vous, "
Cœur de Jésus, espérance de ceux qui meurent dans votre amour, "
Cœur de Jésus, délices de tous les saints, "

Agneau de Dieu, qui efface les péchés du monde, pardonne-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui efface les péchés du monde, exauce-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui efface les péchés du monde, prend pitié de nous

V. : Jésus, doux et humble de Cœur.
R. : Rends notre cœur semblable au Tien.

Prions : Dieu éternel et tout-puissant, jette les yeux sur le Cœur de ton Fils bien-aimé : sois attentif aux louanges et aux satisfactions qu’il t’offre pour tous les pécheurs. Nous implorons ta miséricorde, pardonne-nous au nom de ce même Jésus-Christ, ton Fils, qui vit et règne avec toi, dans l’unité du Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Amen.



 


Prière de Caroline Carré pour ses enfants

 

15 mai 2017 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Seigneur,

Vous qui les aimez plus que je ne puis moi-même les aimer

mieux que moi vous savez ce qui peut tourner davantage à leur bien.

Accomplissez en eux, ô mon Dieu,

les desseins de votre providence divine.

Sauvez l’âme de mes enfants de tout péril

et soyez béni de tout ce qui adviendra.

Amen



 


Prière pour la cause de Caroline Carré

 

15 mai 2017 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Seigneur,
tu as mis au cœur de Caroline Colchen
le désir de t’aimer sans rien te refuser.
A son exemple,
fais-moi vivre de l’Esprit de Jésus
en accueillant le quotidien selon le dessein de Dieu.
Daigne manifester sa sainteté
en m’accordant par son intercession
les grâces qui me sont nécessaires,
par Jésus-Christ notre Seigneur.

Amen



 


Prière de bénédiction pour la famille.

 

15 mai 2017 par Philippe et Marie-Christine Bellin

Nous te bénissons Dieu notre Père,
Car Tu as voulu que ton Fils
Vive dans une famille humaine
En partageant ses joies et ses peines.

Garde notre famille sous ta protection.
Fortifie-la par ta grâce.
Rends-nous paisibles et heureux.
Aide-nous à nous assister mutuellement
Dans l’épreuve et la souffrance.

Fais que nous vivions en ta présence
Dans la concorde et dans l’amour,
En nous rendant service les uns aux autres
À l’exemple de ton Fils, Jésus, notre Seigneur. AMEN



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://famillesfrancoisdesales.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=2
juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

Bonnenouvelle.fr

Société Saint-François de Sales

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr